Le partenariat, un levier de la transformation digitale des TPE

Posted yves INFO

Il n’échappe plus à personne aujourd’hui le sentiment d’accélération et la vitesse à laquelle les changements arrivent grâce (ou à cause) du digital. Si les chefs d’entreprises ne prennent pas le virage tout de suite, pour se transformer, ils vont mourir et à minima souffrir.

Dans un monde de plus en plus interconnecté et des technologies de plus en plus diversifiées et complexes, une entreprise ne peut se transformer seule. Elle court le risque de prendre davantage de retard, s’appuyer sur des partenaires permet d’aller plus vite et de créer beaucoup plus de valeur que de le faire seule.

Partenaires, fournisseurs, donneurs d’ordres peuvent être des accélérateurs de transformation à condition de s’aligner, primo, d’un point de vue technologique et, secundo, de digitaliser sa chaîne de valeur pour pouvoir travailler ensemble.

L’enjeu n’est pas simplement de gagner en productivité et d’optimiser les processus existants ; il s’agit aussi de repenser, l’offre de valeur, les modes de fonctionnement et de coopération au sein des filières, voire au sein d’écosystèmes plus larges.

Le digital permet de créer de nouvelles opportunités en matière d’écosystème, notamment via des plateformes globales et intégrées. Cette dynamique est structurante aujourd’hui.

Aussi, le partenariat est l’occasion pour des structures de plus petite taille de se constituer en des écosystèmes et bénéficier ainsi de l’effet réseau et de taille.

2.      Le partenariat et la co-création de valeur

Une condition sine qua non du partenariat est la co-création de valeur en écosystème.

Ceci consiste à pouvoir s’ouvrir sur l’extérieur pour co-créer non plus seulement avec un ou deux partenaires, mais au sein d’un écosystème. C’est-à-dire un ensemble de partenaires, mobilisés autour d’une vision commune afin d’apporter une solution à un besoin client.

Si dans le cadre d’un partenariat classique, l’objectif est de mettre en commun ses savoir-faire afin d’améliorer une offre existante. Dans le cadre d’un partenariat digital intégré, l’entreprise doit aller plus loin : l’ambition est de co-créer une nouvelle offre avec ses partenaires.

Le digital apporte une nouvelle dimension par rapport au partenariat classique (partage par les processus), à travers l’opportunité de partager certaines de ses données (partage par les données). Cet effort de mise en commun se justifie par la valeur supplémentaire que l’on peut créer avec un partenaire, grâce à la mutualisation des données.

Plus le partage est fort, plus la création de valeur et la réponse à de nouveaux besoins et usages seront fortes.

3.      Avantages du partenariat

Apport d’idées par l’ouverture sur l’extérieur:

L’ouverture sur l’écosystème apporte des idées. La valeur vient de l’échange avec l’extérieur, de l’aptitude à attirer l’autre : plus vous êtes attractif, plus les gens vont venir vous proposer des ‘choses’. Dans un monde digital sans limites, les nouvelles idées ne peuvent plus se trouver qu’au sein de l’entreprise. Il faut aller les chercher là où elles se trouvent. Le chef d’entreprise doit dégager du temps pour aller chercher de nouvelles idées originales devient un impératif pour la continuité de son activité dans certaines situations.

Maitrise des couts :

Les partenariats permettent de répondre aux besoins avec des coûts maîtrisés et dans des délais accélérés. Ils donnent accès : à plus de ressources et à plus de créativité.

4.      Difficultés

Entrer dans une logique de partenariat est une démarche complexe. Cela peut générer des problèmes d’ordre juridique et culturel.

Les différences de culture constituent le principal frein à une bonne coopération. Le rôle du dirigeant est clé pour fixer les règles du jeu et construire les bases d’une relation de confiance entre ses équipes et celles du partenaire.

Il doit revenir essentiellement au dirigent de nouer ces partenariats. Mais qu’en est il s’il ne dispose pas du temps, ou des réseaux nécessaires pour le faire ?

Il doit faire appel à des facilitateurs.

5.      Travailler avec des Startups

Ce n’est pas réservé aux grands groupes !

Il est souvent question de la collaboration entre grands groupes et startups. Cependant les ETI ont également tout intérêt à s’associer avec ces dernières, afin d’accélérer leur transformation. Plus agiles que les grandes entreprises, les ETI sont dans une situation plus favorable pour travailler efficacement avec les startups, et éviter ainsi de souffrir de la lourdeur administrative des grands groupes.

Pourquoi travailler avec des startups ?

Les startups peuvent être un formidable levier pour prendre le virage de la transformation digitale par le partenariat : elles sont plus souples, s’adaptent mieux aux besoins des ETI qu’un partenaire classique, parce qu’elles sont plus dans une logique d’expérimentation et n’ont pas le poids de la structure.

Elles sont également plus rapides et plus réactives : collaborez avec elles, ça marche ! (Sinon, elles vont le faire sans vous et avec vos concurrents) !

Comment travailler avec une startup ?

Ce n’est pas toujours évident, parce qu’on peut faire face à d’importantes résistances en interne, notamment au niveau des équipes informatiques. C’est la rencontre entre un vieux monde, qui n’a pas envie de bouger, et des extraterrestres, qui possèdent des technologies beaucoup plus avancées.

Un conseil externe peut être d’une grande utilité pour rapprocher ces deux mondes.

6.      Le partenariat est un projet

Le partenariat est un projet à long terme; y parvenir demande d’avoir adopté les pratiques de :

  1. Partage de données et de la connaissance client
  2. Agilité organisationnelle
  3. Capacité à s’interfacer avec ses partenaires

Deux approches de partenariat sont possibles :

1.   Approche verticale : une entreprise en position de leadership porte la transformation auprès de ses partenaires.

2.   Approche transversale :il s’agit de créer des partenariats d’égal à égal dans une logique de pérennité et de complémentarité au sein d’un écosystème. On passe ainsi d’une dynamique de prestations à une logique de partenariats soutenus par des convictions communes : plusieurs entreprises choisissent de combiner leurs savoir-faire pour améliorer une offre existante.

Pour ne pas passer à côté du train en marche, il faut être ouvert sur l’extérieur, participer à des réseaux d’entrepreneurs, à des conférences et pourquoi pas faire appel à des acteurs spécialisés pour vous aider.

D’autant plus qu’il faut un facilitateur, quelqu’un qui suit le projet au quotidien, et qui fait en sorte que ces deux mondes, se comprennent.